Arbre de vie

Où le ciel et la mer s’épousent
où la terre et l’air s’embrasent
le séquoia relie les entrailles et l’éther

temps végétal       union

Au bout des racines
le feu couve la matière
l’énergie se féconde

temps minéral      fusion

La source jaillit
l’eau donne la vie
la cellule se multiplie

temps animal       incarnation

Nez saturé d’odeur d’humus
oreilles envoûtées sous la rumeur sauvage
peau possédée par l’écorce au ventre chaud

temps humain      création

Incorporer le mystère
le recracher sous toutes ses formes

La Femme en colère

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

Avais une maison
famille et enfants
sont venus de loin
et ont tout détruit

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

Devant mes enfants
m’ont souillée violée
et ils m’ont jetée
puis recommencé

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

Parents et mari,
et enfants aussi
ont assassiné
puis ils sont partis

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

De forêts en déserts
des plaines à la mer
au fond des cimetières
je crie ma misère

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

Sans repos ni repaire
je trimbale ma haine
crie ma colère
et je déblatère

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
j’erre

Sans justice et sans Dieu
seule dans l’immensité
sans cesse je répète
arrêtez donc les guerres

Suis la Femme en colère
et sur cette terre
encore j’espère

©dessin Gundi Falk

 

 

 

 

 

 

 

Limites

J’ai un cœur trop grand
comprimé dans un carcan

Mon amour généreux embrasse
et sur le mur de ses préjugés trépasse

Mon amour la liberté proclame
et devant un cœur libéré condamne

Mon amour de sa générosité se congratule
et devant tes gestes capitule

Mon amour est dans ses idées grand infiniment
et dans ses actions petit éminemment

Mon amour aime d’amour dépossédé
et cherche ton sentiment enchaîner

Mon amour en son jardin veut plusieurs amours cultiver
et les empêche de pousser ne sachant arracher l’ivraie

Mon amour voudrait ses ailes déployer
et qu’il les avait coupées a oublié

Mon amour rêve d’un amour océan
débordant pour rompre le carcan

Et toi mon amour mon semblable

Ah ! tu es à mon image
un humain inhumain de passage