Au bout du bout

De désir en désir
j’ai sauté d’étoiles en étoiles
et suis arrivée au pays de l’ombre
être errant parmi les fantômes désœuvrés

Tout ce qui avait charmé ma vie
les courses folles
la beauté des formes
le scintillement des pierres
avait perdu leurs attraits

Un gout amer emplissait ma tête
un fluide glacial gelait mon cœur
une âme  sidérée visitait un corps vide
je planai sans boussole oubliant le temps

De dérive en dérive j’ai atteint l’horizon
cessant de divaguer je me suis posée
pour me réchauffer
un feu ai allumé

Mon regard s’est enflammé
mon cœur est devenu soleil
ma tête une voûte étoilée
ce que je cherchais hors de moi
était en moi

In situ

Comme certains certaines
l’ont peut-être remarqué
en ce début d’année
ce site – maison d’accueil –
d’une vie et de ses écrits
a été agrandie

Les murs ont été repeints
l’espace intérieur modifié
les enseignes renouvelées
des écrits ajoutés

J’en remercie Chloé
qui m’a conseillée et aidée

un souhait
que ces mots jetés
sur la portée de ondes du monde
trouvent à la croisée des destins
la magie des rencontres
là où
aime agit

Désir

Délier les fils qui
à la matière
immobilisent
dénouer les liens qui
aux autres
arriment

aimer 
aimer autrement 
d’un amour inconditionnel
dans l’instant

aimer la fleur le rocher
l’écureuil l’arbre l’humain
aimer ce présent vivant
corps et âme

aimer la pluie qui purifie
le froid qui raidit
la terre qui nourrit
le soleil qui épanouit

laisser la matière du corps
se déposer
se transformer 
se recomposer  

ouvrir les ailes de l’enVol
devenir cette mouette
s’élevant dans l’éther
défiant la pesanteur 
plus légère que l’air

Que les vibrations de l’âme
rejoignent la matrice commune 

%d blogueurs aiment cette page :