Les oiseaux d’ici et d’ailleurs

Les oiseaux de nos régions
sont légions
nous les voyons les admirons
ils ont décuplé notre imagination

Et pourtant nous ignorons
de vivre leur façon
de crier leur raison
de leur chant le nom

Oiseaux oiselles
qui s’élèvent vers le ciel
emportent sur leur ailes
nombre de prières à l’Éternel

De tout temps
leurs pépiements
enchantent nos firmaments

Etonnés par leur diversité
nos ancêtres ont cherché
à les répertorier
et leur langage identifier

Ainsi savez-vous que
le moineau chuchote et piaille
le corbeau coraille, couaque, craille, croaille, croasse, graille.
l’aigle glatit
l’oiseau gazouille et pépie
l’albatros piaule.
l’alouette grisolle et turlutte.
l’étourneau pisote.
la caille pituite ou carcaille
la chouette (h)ulule
la cigogne claquette
la colombe roucoule
le loriot siffle.
le coucou coucoule.
la mésange zinzibule
le goéland pleure ou raille.
le hibou bouboule ou bubule
le merle siffle ou jase
l’hirondelle tridule
le rossignol gringotte
la grive babille
le pinson frigotte

Et nous humains
nous commérons – papotons – médisons
cancanons – jasons – jabotons
potinons – caquetons – causons
coassons – glosons – clabaudons
ici et ailleurs

Amour

Amour contient
l’Âme qui l’anime
l’or qui le rend précieux

Amour englobe
les cœurs résonnant
les émotions en mouvement

Amour relie
les êtres à l’écoute
les consciences ouvertes

Amour émet
des élans vers l’altérité
des vibrations à l’unisson

Amour éveille
la beauté du présent
la grâce de l’instant

Amour fusionne
l’énergie du vivant
l’ardeur vers l’unicité

Amour
contient
englobe
relie
émet
éveille
fusionne
nos poussières d’étoiles
vers l’infini

Les yeux

Les yeux nous ouvrent à l’inconnu
ils captent la lumière et inversent le réel

Les yeux se regardent dans les yeux
ils puisent la lueur de l’intime co-naissance

les yeux sont des miroirs
ils reflètent la translucidité de l’âme

Les yeux scrutent le lointain
ils s’usent dans la contemplation d’un infini qui fuit

Les yeux débordent des alarmes du moment
ils irriguent la semence du vivant

Les yeux se ferment dans les ténèbres de la nuit
ils alimentent les creusets des subtiles pensées

Les yeux sont des puits profonds
ils cachent la présence d’un dieu précieux

Les yeux deviennent vitreux
ils s’occultent au fini pour s’ouvrir à l’Immense

Les yeux de l’univers sont les lacs
ils piègent le temps et reflètent les étoiles

Yeux dans les yeux vers le joyeux

%d blogueurs aiment cette page :