Tous les articles par Brigitte Deruy

Poien – Poésie

Accepter
de délirer là où tu n’as plus de repères
électron libre en apesanteur cérébrale

Se laisser
happer par l’informel des idées
qui tanguent et tourneboulent

Ressentir
le moment où la folie te guette
où l’ivresse te prend de tout rejeter

Refuser 
la structure qui enferme
être l’oiseau léger et le poisson volant

Perdre
du temps pour gagner l’intensité
proche des émotions du Soi en soi

Savourer
ce moment libéré où
l’acte créatif peut commencer

Alors

Ferme le rideau des paupières
descends l’escalier dérobé intérieur
gratte la luette des mémoires
un vomissement d’inconscient tracera
mots et images sous ta plume

entre terre et ciel

Tel le ballon de la foire
lâché par l’enfant
s’élève vers le ciel dans
l’émerveillement et la stupeur
la nacelle a quitté la terre
suspendue à une énorme sphère

la lumière des premiers rayons
du soleil levant
dessinait sur le sol
une goutte d’ombre
en point d’interrogation

après la caresse de la cime des pins
aspiré par le ciel
élévation lente
silence serein
ponctué par le bruit de l’air chaud
moteur de notre destinée

entre terre et ciel
entre source et nuage

abandonnant la gravité
élévation corps et âme
soutenue par une symphonie intérieure
dans l’émerveillement et la stupeur
d’être ce ballon de l’enfance
aspiré par l’Immense Citée

entre terre et ciel
entre ombre et lumière

embrasser du regard
l’horizon embrasé

ressentir dans la chair
de la terre la beauté

capter l’appel vibratoire
d’un monde aléatoire

fondre l’égo
dans ce minuscule radeau

entre terre et ciel
entre source et nuage
entre ombre et lumière
L’Entre Soi

Rencontre

Il est des moments rares
de rencontres qui bouleversent

les sens sont en éveils
les yeux se crochètent
les images inversées se reconnaissent
les mains se joignent
les peaux frissonnent

tel un tsunami

une vibration intérieure se propage
des espaces vierges résonnent
une onde déferle

des barrières
celles que tu avais patiemment construites
pour te préserver des inquisitions de l’extérieur
pour te protéger des douleurs
sont éjectées

des fissures
celles qui laissaient faiblement passer la lumière
qui n’osaient s’ouvrir par des peurs incontrôlées
qui s’éteignaient sous le souffle glacé de l’indifférence
sont éventrées

Il est des rencontres rares
qui tel un tsunami
éjectent les barrières
éventrent les fissures
donnent à l’existence
un nouveau sens