Tous les articles par Brigitte Deruy

Le non lieu

Aussi pénétrant
que la résonance vibratoire du bol tibétain
il existe un espace sacré
où les mots ne pénètrent pas
où le sens n’a plus de sens

C’est un lieu en toi et hors de toi
il relie les poussières d’étoiles que nous sommes
à l’immensité du cosmos
Il exprime le silence du vide plein

C’est un lieu qui n’est pas un lieu
un espace qui n’est pas un espace
un moment qui échappe au temps
une connaissance qui ne peut être démontrée

Il est le lieu de l’Indicible
le Lieu sans nom
racine et source de l’Amour

s’y rendre
à chacun sa méthode et sa vérité
il commence là où finit le connu
son entrée est dans le trou noir de l’Inconnaissance

Mourir

C’était un beau jour pour mourir
comme un pressentiment
peut-être aujourd’hui
une voiture folle la faucherait sur le trottoir
un pot de fleur se décrocherait d’un balcon au-dessus de sa tête
un fou de dieu sortirait son couteau
un snipper embusqué la viserait avec plaisir

C’était un beau jour pour mourir
elle se sentait en paix avec elle-même.
cette vie la détachait des choses matérielles
elle ne tenait à rien qui vaille la peine de s’attarder
la lutte pour continuer était épuisante

Le grand sommeil la reposerait un temps
un temps de temps
celui d’avoir envie de revenir
continuer épurer alléger savourer à nouveau

Elle eut une pensée pour ces êtres croisés
insuffleurs promoteurs jouisseurs de vie
elle était satisfaite de n’être pas dans ce dessein.
re-commencer re-commencer était une tâche épuisante

Et un nouvel amour
murmura une petite voix à l’intérieur

Un nouvel amour 
la promesse d’un nouvel amour 

Etait-ce vraiment le bon jour pour mourir ?

 

texte de 2005

 

Moi et Je

Moi est cette personnalité
construite dans l’errance
à la recherche du sens

Moi est cet être de chair et d’os
qui tente de se libérer de la prison
des préjugés et du conformisme

Moi mène chaque jour une lutte
qui trace un sillon tortueux
dont chacun connaît l’issue

Moi cherche une indépendance
qui refuse de fusionner
avec un autre moi à l’égo conquérant

Un moi peut dire Je
Je suis Je vis J’écris J’agis Je m’affirme Je me singularise
et ce Je devient ennuyant et ennuyeux

Un Je peut aussi connaître
qu’il est poussière sur le chemin
que Je est un moi qui appartient
à la grande chaîne de la vie
continuité et parcelle de divin

Je résulte

et peut consentir d’être avec un plaisir conscient
une goutte d’eau absorbée
par le torrent d’une Energie Cosmique 

Je exulte d’être ce moi qui se noie dans l’Immense Soi