Archives pour la catégorie poésie

Méditation

Il est des instants
si tu abandonnes la carapace
si tu acceptes de te laisser emporter

Il est des instants
où le temps s’arrête
il devient comme une mer étale
lumineuse dans le soleil couchant

Alors tu pénètres dans la cathédrale du temps arrêté
ta respiration se ralentit
la lumière est douce comme le son du cristal
les couleurs odorantes
les matières flottantes

Ton corps plane en apesanteur
la force t’habite
la beauté te perfuse

Tes lèvres murmurent
Merci …

Extrait de « La femme de chair et d’os »

 

Souviens-toi…

Ô Humains
Depuis le commencement du commencement
l’intelligence de la vie
s’est organisée dans la tension
entre force de vie et force de mort

Ô Humains
Depuis le commencement du commencement
sur Gaïa feu eau air terre
ont façonné une planète
ressource et providence

Ô Humains
Fort de cette richesse
don d’une énergie en mouvement
tu as forgé les cultures
pour dominer la nature

Ô Humains
Dans ta quête insatiable de pouvoir
tu as guerroyé asservi
conquis et démoli
et la planète démuni

Ô Humains
Dans ta soif de toute puissance
l’espace tu conquières
emplis ton corps de matière
ton rêve : devenir dieu et immortel

Ô Humains
Souviens-toi cependant
que ta fragilité est force
que ta quête est unicité et harmonie
et la coopération ton salut

 

 

Aimer

ELLE dit : J’aime

J’aime
c’est découvrir que le mot le plus usité
a encore et encore des parfums inconnus méconnus

C’est un nuage à l’horizon qui dit : Viens
C’est un brasier attisé par un souffle de vie
C’est une violette posée dans un écrin de feuilles d’automne
C’est la révolution qui hurle sa liberté
C’est son image dans tes yeux qui dessinent tes limites
C’est un goéland dans la tourmente des grands vents
C’est un trouble qui cherche des mots pour te surprendre
C’est la tendresse tricotée pour un manteau de survie
C’est un refrain qui tourne manège dans une tête enfiévrée
C’est son sexe qui se mouille quand ton corps approche
C’est ton sexe qui la fouille pour la décalquer
C’est les cris mélangés qui n’épuisent pas les « je t’aime » des corps