Archives pour la catégorie poésie

Fusion

En cheminant dans la montagne
j’ai croisé une poussière d’étoile
déboussolée
qui touchait terre
pour se reposer

Je l’aperçus avec difficulté
car elle était recouverte
de particules de temps et de nuit
elle avait même
un morceau de trou noir dans les cheveux
qui avalait la lumière

Intriguée        je m’approchai
la poussière d’étoile avait détecté ma présence
            elle attendait

Devant cet espace d’au-delà indéfini
ayant parcouru des millions d’années lumières
je me sentais    infinitésimal
pourtant
nous existions ensemble
ensemble       nous vivions le même instant

Des picotements dans le corps
m’informaient que nos atomes communiquaient

De toute la force de ma volonté
je hurlai         « emmène-moi »

Nous flottâmes dans un silence parfum d’éternité

Puis brusquement
une force douce-violente
me fusionna à la poussière d’étoile

L’abandon fut immédiat     total 
la poussière d’étoile repartit

Elle était recouverte
de particules de temps et de jour
elle avait même un morceau de trou noir dans les cheveux
qui avalait la lumière
et de son unique œil
une larme d’infini perla
élixir de quintessence

 

 

 

 

Dire

Que dire
d’un corps
qui vieillit
d’une peau
qui se flétrit
des rides
qui se multiplient

que dire encore
des années
les unes aux autres ajoutées
des journées
si vite écoulées
des minutes
promptement effacées

que dire encore
d’un esprit
qui trie
d’une mémoire
qui oublie
d’un cœur
qui aime et rajeunit

dire encore et toujours
que notre fragilité
est si grande sur terre et dans l’éther
que la Beauté
est dans les yeux qui regardent
que l’Amour
est plus fort que la mort
que la dissolution
conduit à plus grand que soi

 

 

 

 

Ô oiseaux

Ô oiseaux
Ô compagnons ailés
Chers êtres de l’évolution
qui avez transgressé la loi de la gravité
incitant nos esprits lourds
à s’élever vers l’immensité des cieux
impulsant nos âmes vers le Très Haut

Ô Horus ô Symorgh ô Phénix, ô Hermès, ô Pégase
qui avez accompagné nos consciences vers la lucidité

Chers oiseaux des campagnes et des villes
qui allégez les heures lourdes
qui éveillez l’espoir et la joie dans nos cœurs
vos chants d’Amour sont-ils la vibration
de cette unité sonore mélodieuse qui unit le haut et bas

Chers oiseaux demeurez nos compagnons fidèles
que vos chants aident les humains
dans le réenchantement de ce monde en péril
ce monde dont vous êtes les messagers de la Beauté