Archives pour la catégorie poésie

Les carottes sont cuites (dialogue bête comme chou)

– Ce ne sont pas tes oignons
espèce de patate
il n’a pas un radis
et tu le prends pour une poire

– Je ménage la chèvre et le chou
mais je ne compte pas pour des prunes
je coupe la poire en deux
et souvent fais le poireau

– Tu n’es qu’un navet
haut comme trois pommes
et tu vas recevoir une châtaigne
et manger les pissenlits par la racine

– Mais tu me cours le haricot
j’ai un cœur d’artichaut
mais suis une bonne pomme
et même parfois la cerise sur le gâteau

– Ce n’est quand même pas la fin des haricots
de mettre du beurre dans tes épinards
d’arrêter de te raconter des salades
et ramener ta fraise

– Je ne marche pas à la carotte
et n’ai pas qu’un poids chiche dans la tête
et si je fais chou blanc
c’est qu’il ne vaut pas une cacahuète

De l’Amour

Dans la mémoire de mon corps
pénétré par le rouge désir
secoué par l’explosion jouissante
repose l’extase des petites morts

chairs amours

Dans le secret de mon cœur
ils ont leurs places
toute la place de l’Amour
plus fort que la mort

chers amours

Dans l’espace intérieure de mon âme
leurs empreintes ont dessiné une verticalité
une échelle d’éros céleste
pour cheminer vers le monde de l’Après

chairs chers Âmours

photo : Bas-relief du Palais de Knossos

Prière de la mer au milieu des terres

Mon esprit anonyme et désincarné
flotte entre ciel et mer
depuis le jour où le bateau
s’est peu à peu dégonflé et a coulé

mon corps
les poissons l’ont mangé
mes os
reposent au fond de l’eau
en compagnie de milliers de corps oubliés

mon âme trop lourde pour s’élever
flotte au-dessus du cimetière marin
elle compte et honore les morts

elle est remplie de rancoeur
pour ceux qui ont accepté l’argent
ceux qui savaient
que l’embarcation allait couler

pour partir dans l’au-delà
mon cœur doit être léger
il est lourd de colère
lourd de l’incompréhension
lourd de l’injustice
lourd de l’indifférence

Au village ils se sont cotisés
pour payer le passeur
ils attendent les mandats
que je devais envoyer
ils attendent ils attendent ils attendent

En Europe ils se sont concertés
pour garder leur tranquillité
ils ne veulent pas des étrangers
qui pourraient troubler sécurité
qu’ils restent chez eux chez eux chez eux

Mes Frères Mes Sœurs Mes enfants
quel mémorial portera nos noms effacés
celui de nos os empilés
quel égrégore fera planer nos âmes
celui de la vengeance ou de la résilience